...A Sa Gloire, Ses Œuvres, Ses Délires,... Cons se le disent !!! ...Since 7 mars 2002

Musée de l'armée, visite de l'exposition "A l'est la guerre sans fin,"...

Louis est le gentil pompier... 
Sa Majesté le méchant flic !

...1918-1923 !
L'Empereur et Son Prince Louis sont à Paris pour le 18ème anniversaire de ce dernier... cette visite parisienne commence par la désormais traditionnelle visite du musée de l'armée !
Vous irez voir ou revoir le reportage réalisé l'an dernier sur l'exposition "Dans la peau d'un soldat de la Rome antique à Nos et nos Jours".

Deux fois par an le musée de l'armée organise une exposition temporaire et dans le cadre du centenaire de la grande guerre, il Nous & nous permet de découvrir ou approfondir cette période que, d'un point de vue franco-français, avait pu Nous & nous échapper... la guerre qu'on Nous & nous a toujours annoncé finir le 11 novembre 1918... n'était pas fini pour tout le monde et durant encore 5 ans ! 5 ans de plus pour des populations ayant déjà connu 5 ans de misère et de malheur ça fait un sacré renouvellement de bail !
Bon c'est du passé pour Nous & nous européens, mais rappelons Nous & nous que dans d'autres parties du monde, c'est un quotidiens depuis, parfois, plus longtemps que ça !

Allez, c'est un jour de fête, c'est le 18ème anniversaire de notre fils préféré... les 3 autres étant des filles !
La tête à chapeau de père en fils...
Et bien n'attendons pas et commençons la Visite Impériale !
La bande annonce :
Un cour reportage :
Continuons avec les Photos Impériales (Père et Fils !)

L'exposition est en 5 parties :
  1. La dissolution des empires
  2. La fabrique des traités
  3. Les marches de l'est
  4. L’Europe médiane (autrement appelé centrale)
  5. Le Levant

Partie N°1 : La dissolution des empires

Quatre grands empires dominent l'Europe centrale et orientale en 1914 : l'Allemagne, l’Autriche -Hongrie, la Russie et l'Empire Ottoman... la première guerre sonnera le glas de ces empires !

Les bolcheviques prennent le pouvoir, l'armée impériale est dissoute et la jeune république crée l'armée rouge par décret en janvier 1918 qui débutera son action le 23 février en combattant l'armée impériale allemande à Pskov et Narva.
Une affiche de circonstance pour la nouvelle année :
"C HOBbIM rOAOM!" - Bonne Année !
Cette carte satyrique de l'empire austro-hongrois dessiné en 1908 pour l'hebdomadaire viennois satyrique Kikeriki. Dessin qui montre la complexité de cet empire en illustrant par des personnages réelles et imaginaires, la multitude des régions et des peuples de l'empire.


Partie N°2 : La fabrique des traités

Voici le clairon du caporal-clairon Pierre Sellier du 171e régiment d’infanterie. Pierre Sellier, après avoir sonné le cessez-le-feu le 7 novembre à 20h20, le sonne à nouveau à la Pierre d'Haudroy. Sonnerie qui résonne tel un échos sur l'ensemble du front lorsqu'il est repris par tous les clairons régimentaires.
Clairon du caporal-clairon Pierre Sellier du 171e régiment d’infanterie
Après l'annonce des cessez-le-feu et la signatures des armistices vient le temps de la conférence de paix de Paris et des différents traités. Traités pour certain remis très rapidement en cause... d'ou cette exposition !



Partie N°3 : Les marches de l'est

Un inconnu sonne la fin des combats, d'autres les ont dirigés et les dirigeront encore... ces hommes plus célèbres reçoivent des récompenses de pays que Nous & nous n'aurions imaginés.
La croix de 1ère classe de l'ordre du Lāčplēsis (littéralement "Tueur d'ours")
décernée au maréchal Ferdinand Foch en 1922 par la Lettonie
La croix de la liberté de 1ére classe décernée au
maréchal Philippe Pétain par l'Estonie en 1919
Le futur général de Gaulle est pris en photo à Rembertov en Pologne en 1920... c'est ainsi que Nous & nous apprenons que des troupes françaises combattent sur des fronts improbables et fort éloignés des tranchées métropolitaines !
Les français portent assistance aux armées blanches sur trois fronts principaux en Russie septentrionale dans la région d'Arkhangelsk et de Mourmansk, en Sibérie autour de Vladivostok et le long du transsibérien, et en Crimée à Odessa et Sébastopole. Par exemple en mer noir et en Ukraine : le débarquement d'un char Renault dans le port d'Odessa :
Nous apprenons ainsi que des mutinerie ont eu lieu sur ce front en 1919... très longue guerre, très lointain front... 
Tenue "grand froid" - American Expeditionary Force Sibéria
Flamme de hussards polonais
Dans le nord, les trois républiques baltes, la Pologne, les bolcheviques, les allemands impériaux puis leurs successeurs... se s’entre-tuent pour dessiner la nouvelle Europe !
On y organise même des référendum... dont il n'est pas toujours tenu compte des résultats !
Comme quoi l'histoire n'est qu'un éternel recommencement ! 
Train blindé estonien
Défilé des troupes allemandes du Freikorps de la Eiserne division (division de fer)
A gauche : manteau et toque cosaques - troupe contre-révolutionnaire blanche

La Pologne n'était plus un état indépendant depuis le 18e siècle. Son territoire et sa population avaient été partagés entre les empire allemand, austro-hongrois et russe. En 1918, elle déclare son indépendance, mais doivent se battre jusqu'en 1921 contre la Russie, l'Ukraine, la Lituanie et l'Allemagne.
Casque Adrian de chasseur polonais et casquette du maréchal Jozef Pilsudski
A gauche: tenue du général Jozef Haller commandant de l'armée polonaise en France
puis en mai-juin 1919, il accompagne ses troupes en Pologne
pour former l'"armée bleue de Haller" et faire face aux bolcheviques
A droite, tenue de ses soldats en Pologne
Etendard du 101e régiment de tirailleur russes bolcheviques
pris par les troupes polonaise en août 1920 lors de la bataille de Varsovie
Servantes de mitrailleuse de la légion volontaire des femmes (OLK) - 1920
Mitrailleuse Maxim
En octobre 1918, mes marins de Kiel se mutinent et dans plusieurs ville d'Allemagne des soldats et ouvriers se constituent en conseils sur le mode des soviets russes. C'est la révolution spartakiste !
Affiche de propagande allemand durant la révolution spartakiste
Tenue des troupes des friekorps
Casque allemand...
Freikorps et char anglais de prise - Berlin, mars 1919
Veste et casquette du général Piotr Nikolaïevitch Wrangel de l'armée blanche
Bonnet d'Astrakan , Papakha de la Russie impériale
Coiffe de garde frontières bolchevique
Casque Adrian de l'armée russe  très répandu dans plusieurs armées durant le conflit
Éclaireurs de l'arme rouge - les grandes étendues permettent l'usage d'unités de cavalerie
C'est aussi la naissance des trains blindés utiles aussi sur ces territoires immenses
Ici un train de l'armée rouge - 1918
Tank de l'armé de Wrangel pris par les rouges
Le retour des prisonniers allemands et austro-hongrois...
Nous n'osons imaginer leur vie en détention !
Partie N°4 : L'Europe médiane

Celle-ci est composée de l'ex empire austro-hongrois, des pays balkaniques souvent sous tutelle de l'empire ottoman qui disparaît quasiment du continent européen : Grèce, Serbie, Monténégro, Roumanie, Bulgarie et l'Albanie. Le musée a réussi à rassembler des uniformes et pièces de chaque pays. Des nouveaux états apparaissent : la Tchécoslovaquie, le royaume des Serbes, Croates et Slovènes (future Yougoslavie). Certain en ressortent renforcée au dépens d'autres qui perdent population et territoire... d'ou les guerres et conflits qui s'en suivent !
Tenue des troupes de terreur du conseil révolutionnaire du gouvernement hongrois de 1919
Tenue d'officier d'un détachement contre-révolutionnaire hongrois
Tenue de soldat de l'armée nationale hongroise


"Aux armes ! Aux armes !" crie ce hongrois pour le compte du
Comité national de propagande de la République de Conseils de Hongrie
La première mission française en Roumanie a lieu de 1916 à 1917. Après la victoire des troupes alliées sur les empires centraux, l'armée française d'Orient du général Franchet d'Espèrey est répartit entre deux nouvelles armées : l'armée du Danube et l'armée de Hongrie. Déployés en Roumanie, elles sont chargées de différentes missions : interposition, médiation, et coercition entre les différentes forces en présence dans la région afin de faire appliquer les traités signés. C'est à cette période que se situe le très bon film Capitaine Conan... à voir absolument !
Cavaliers roumains près pour un défilé
Tenue de soldat du 2ème régiment d'infanterie de l'arme roumaine
Drapeau de l'armée du royaume de Roumanie et diverses décorations roumaine
En 1919, la France envoie une mission militaire en Tchécoslovaquie mais cela n’empêchera pas les troupes rouges hongroises de conquérir deux tiers du territoire tchécoslovaque.
Manteau et képi du général Maurice Pellé
L'armée serbe est reconstituée en 1916 par une mission française. En 1918, le général Franchet d'Espèrey en prend le commandement pour lancer une offensive sur Dobro Polje contre l'armée bulgare qu'elle défait et le 1er novembre 1918 Belgrade est libéré.
Le général Franchet d'Espèrey
Tenue de fantassin serbe
Drapeau du 4ème régiment d'infanterie Stevan Nemanka de la division Dijna
Drapeau du 1er régiment de spahis marocains - armée française d'orient

Partie N°5 : Le Levant

Le traité de Sèvres, signé le 10 août 1920, réduit l'empire ottoman à une peau de chagrin, et entraîne une réaction en chaîne de guerre dans la région ! Le général Mustapha Kemal Pacha futur Atatürk s'y oppose avec son armée et le nouveau traité anéantie tous les espoirs des minorités de l'ancien empire : arménien, kurde et arabe. Pendant ce temps français et britanniques se partage la Syrie, le Liban, la Palestine et l’Irak.
Etat major de Mustafa Kemal lors du soulèvement grec de Turquie - 1919
Tenue de soldat grec
Chaussures typiques des soldats grecques
Drapeaux de la légion arménienne qui combat dans l'armée française
Faycal et son état-major en Jordanie
Tenue d'infanterie britannique des South Wales Borderer
Tenue arabe du lieutenant-colonel Thomas Edwar Lawrence, dit Lawrence d'Arabie
Personnage emblématique de la guerre au proche orient et en Arabie
Arrivée des troupes françaises au Liban
Le 12 novembre 1918, Constantinople est occupée par les troupe française, britanniques et italiennes.
Tenue d'officier français

Pauvre bête !
Canon de 65 de montagne servit par des artilleurs du RMCL contre les turcs
TOUT CA POUR EN ARRIVER LA !

Sur cette carte de 1923, Nous pouvons peu ou prou reconnaître les frontières que Nous et nous connaissons aujourd'hui... même s'il fallut les redessiner, les modifier... et surtout les défendre durant les 100 dernières années !
Et qu'il faut continuer à défendre, même si la Communauté Européenne Nous & nous a garantie plus de 50 années de paix !

1 commentaire:

  1. Merci pour cet exposé très intéressant votre grâce! Une période de l'histoire mondiale assez méconnue curieusement..Ce qui est bien dommage car très importante.

    Marquis de Unknown (enfin plus trop)

    RépondreSupprimer